La bataille finale contre les forces du mal.
Bien que l'heure était à la fête, aucun d'entre eux ne savaient ce qui se tramait en enfer. Malgré que les fondateurs leurs aient parlé des risques, ils avaient ressuscités d'entre les morts de très puissants et anciens démons. Sans le savoir, ils venaient à eux seuls fait repartir la guerre entre les deux camps. Cole Turner, qui avait été l'un des anciens chefs des démons, avait bien l'intention de réussir cette fois, de détruire tous les Halliwell afin que les êtres maléfiques règnent enfin sur cette terre.
RèglementContexteAnnexesBottin des AvatarsPosts Vacants et ScénariosInvités
A savoir
22/12/2017 Ouverture du forum
Le p3 en fête
Intrigue 1 Magique; à venir
Intrigue 1 Non Magique; à venir
Contexte
Bien que l'heure était à la fête, aucun d'entre eux ne savaient ce qui se tramait en enfer. Malgré que les fondateurs leurs aient parlé des risques, ils avaient ressuscités d'entre les morts de très puissants et anciens démons. Sans le savoir, ils venaient à eux seuls fait repartir la guerre entre les deux camps. Cole Turner, qui avait été l'un des anciens chefs des démons, avait bien l'intention de réussir cette fois, de détruire tous les Halliwell afin que les êtres maléfiques règnent enfin sur cette terre.
Evénements
Intrigue 1 Magique; à venir
Intrigue 1 Non Magique; à venir
Charmed Ones
"je dois sauver le monde"... toujours cette bonne vieille excuse

Partagez|

Ce matin, j'étais libre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Date d'inscription : 30/12/2017
Messages : 49
Métier : Esclave de Gaia.
Localisation : Dans les ombres de ma maitresse.
Puissance : 110


Feuille de personnage
Relations:
Pouvoirs:
Objets:

MessageSujet: Ce matin, j'étais libre... Lun 1 Jan - 13:54

Ce matin, j’étais libre...

La nuit me ressemblait : brûlante, chaude, humide et dangereuse. Une atmosphère de souffre plein de menace planait dans l’air et je me sentais visé. Comme si le regard d’une créature horrible était braqué sur moi.

Depuis que j’étais arrivé à San Francisco je passais une bonne partie de mon temps à m’amuser et profiter de tout ce que cette ville gigantesque pouvait m’offrir. Profiter… je serais plus proche de la réalité en parlant de me gaver de ces plaisirs, comme un obèse devant un buffet à volonté pour moins de dix dollars. Soit le double des pourboires moyens que me laissait les femmes dans ce petit bar lesbien où je travaillais depuis quelques nuits. Un endroit sympa, un peu caché ou j’étais certaine de trouver de quoi m’amuser sans conséquence. Et aussi me faire un petit carnet d’adresse toujours utiles. Les lieux ne ressemblaient pas à un bouge crasseux comme trop souvent et qui convenait à une clientèle underground. Ici, c’était plus classe, plus soigné, les toilettes étaient propres et les boissons chères. Les femmes, plutôt des trentenaires et des quadras, défilaient en tenue chic et classes loin de l’image garçonne que se trainait toujours la communauté.

Mais ce soir, je n’avais pas là tête au flirt institutionnalisé qui accompagnait mon travail de barmaid. La plus part des clientes discutait quelques instants avec moi, puis voyant que je ne répondais pas avec ma fougue et ma répartie habituelle, me laissait pour aller vers mes collègues ou d’autres jeunes clientes toute disposés à s’attirer les faveurs d’une cliente au porte feuille bien garnis et ouvert. Dès que je tournais le dos à la salle pour attraper de quoi réaliser la commande d’une cliente, je me sentais encore plus mal, devant résister de toute mes forces pour ne pas me dandiner sur place à cause du mal aise. J’avais même finit par récupérer ma veste en cuir pour m’en revêtir juste pour me donner la sensation d’être un peu plus protéger…

Dès que je le pouvais, je scrutais les clientes pour trouver ce qui provoquait chez moi cet inconfort. Quelques uns me regardaient, mais c’est surtout une superbe blonde qui semblait focaliser sur moi. Était-ce elle ? Lorsque je croisais son regard, toutes mes alarmes de danger se mirent à hurler en même temps. Le prédateur était là et j’en étais la proie...

Codage par Libella sur Graphiorum


- Fiche -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 26/12/2017
Messages : 82
Métier : Déesse de la Terre et fleuriste
Puissance : 157


Feuille de personnage
Relations:
Pouvoirs:
Objets:

MessageSujet: Re: Ce matin, j'étais libre... Lun 1 Jan - 20:28

J’avais une folle envie de me balader ce soir, cela faisait très peu de temps que Zankou m’avait sorti de mon sommeil multimillénaire. J’avais été acheté un tailleur en vitesse dans une boutique d’une des rues les plus chers de la ville, ainsi qu’une paire de soulier. Ainsi vêtue, j’ai pénétré dans un bar qu’une démone m’avait conseillé, comme un repère de lesbienne et surtout de femme facile. Je n’étais pas d’humeur à me battre pour me taper une nana, je voulais juste un coup rapide, histoire de faire sortir toutes cette rage de mon corps, le temps d’une nuit.

Tandis que je me délectais d’un cosmopolitan et de la conversation d’une humaine pathétique, indigne d’être à mes genoux, j’ai senti une douce brise me caresser la nuque, signe qu’un démon n’était pas très loin. Je partis avec l’humaine sur la piste de danse, avant d’aller m’assoir sur un canapé et pendant qu’elle m’embrassait le cou, mon regard était rivé sur la démone qui était au bar. Je l’ai regardé dans les yeux en souriant, tel un prédateur surveillant sa proie et cela m’amusait, car je sentais qu’elle était assez inquiète par ma présence dans ce bar.

Lorsque j’étais au sommet de ma gloire et de ma puissance, j’étais une reine, la plus puissante des anciens et leurs ainées. Avec ma sœur, nous formions un couple qui vivait pour le plaisir et pour la torture, un couple aussi amoureux, que sociopathe. Pourtant, même si ma vie sexuelle a toujours été très puissante avec Nyx, j’ai toujours eu besoin d’avoir des servantes, qui me servait entre autres chose à retirer ma nymphomanie de mon corps.

En regardant le corps de la jeune femme, je me suis dit qu’elle pourrait être la première à rejoindre mes pieds et cela me fit plaisir. D’un mouvement d’épaule, j’ai chassé la jeune femme qu’était en train de m’embrasser le cou avant de me lever pour aller en direction du bar. Mes talons hauts claqué sur le sol, tandis que ma démarche féline plaisait beaucoup aux autres femmes du bar. En quelques secondes, je suis arrivée au bar et j’ai dit à la jeune démone : « Un cosmo, démone et au pas de course » Je lui avais parlé avec une voix puissante et dominante, voulant la tester pour savoir ce que je pourrais faire d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 30/12/2017
Messages : 49
Métier : Esclave de Gaia.
Localisation : Dans les ombres de ma maitresse.
Puissance : 110


Feuille de personnage
Relations:
Pouvoirs:
Objets:

MessageSujet: Re: Ce matin, j'étais libre... Lun 1 Jan - 21:26

Ce matin, j’étais libre...

Okay, dès que je vis que celle qui m’observait se levait pour venir vers moi, je n’avais plus qu’une envie c’est partie en courant et le plus loin possible. Avec un peu de chance, je pourrais atteindre ma moto et être à Los Angeles avant que midi sonne. D’abord, j’essaie de faire comme si sa présence ne me dérangeait pas, que je ne l’avais même pas remarqué, mais je ne pouvais pas non plus totalement l’ignorer surtout qu’il devint vite évident qu’elle voulait me voir directement. Malgré le bruit ambiant, j’avais l’impression d’entendre le bruit de ses talons à chacun des pas qui la menait jusqu’à moi. Cela me rappelai le claquement de la cane de mon père lorsqu’il venait dans ma chambre pour me punir… bref de mauvais souvenir qui firent remonter le long de mon dos couvert de cicatrice un long frisson d’horreur. Frisson qui s’accentua lorsque sa voix claqua comme un fouet en n’hésitant pas à dire de moi que j’étais une démone. Elle avait à moitiés raison…

— Un cosmospolitan, mais sans la politesse, c’est partie.

Félicitation, j’avais réussi à lui répondre sans montrer qu’elle me mettait mal à l’aise. Je lui tournais donc le dos, allant préparer le cocktail demandé sans pour autant montrer plus d’empressement que cela, discutant même avec une autre cliente pour perdre un peu de temps et retrouver une contenance. Puis, je reviens vers elle, déposant la boisson.

— Et voila, je mets ça sur votre note, je supposes ?

Codage par Libella sur Graphiorum


- Fiche -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce matin, j'étais libre...

Revenir en haut Aller en bas

Ce matin, j'étais libre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Charmed Ones :: Le reste du monde :: Les Flashbacks-